jeudi 23 novembre 2017

Un petit tour au salon Bébé-Portation



Comme vous le savez, Marie, Magali et moi-même sommes allées à Bébé-Portation à Paris, ce week-end de mi-octobre.

Ce fut une première pour moi de prendre le Thalys et je ne résiste pas à vous mettre une petite photo du magnifique paysage d’automne.

Une fois à Paris, je retrouve Magali et sa fille à la gare et notre expédition parisienne débute.
Ce samedi ne fut pas idéal pour écouter les conférences en raison du très grand nombre de visiteurs sur les stands. Le brouhaha ambiant passait au-dessus des voix des intervenants pourtant tous dignes d’intérêt. 
Les stands des différentes marques attiraient la foule des fanas d’écharpes. Oscha, Tinge Garden, Leora, et bien d’autres dont quelques marques de sublimissimes écharpes tissées main. Mon budget ne me permettait pas de m’imaginer propriétaire de telles pièces uniques ayant demandées des heures de concentration, de finesse et justesse de travail, mais je me suis mise en posture d’admiration, comme j’aurais pu faire en visitant un musée d’art.




Ayant porté 3 de mes enfants en Didymos, c’est plutôt ce stand-là qui m’attira le plus. J’ai pu voir et tester leur nouveau porté bébé hybride qui semble très intéressant. Une ceinture ventrale à clip, un tablier modulable en largeur et les pans déployables pour plus de confort de portage aux épaules, dans le dos du porteur mais aussi pour renforcer l’assise du porté. Certainement un futur achat pour les ateliers !







Dimanche fut plus calme et je pus profiter pleinement des conférences.
J’ai été captivée par celle au sujet du « portage et handicap ». La première partie fut donnée par Johanna Ardiet de Portage et Handicap : les difficultés et avantages du portage pour des enfants particuliers. Certaine marques comme Isara et Brin de Mélisse créent des porte-bébés spécialement adaptés à l'enfant, en fonction de sa morphologie, tonicité, âge etc. Le moyen de portage s'adaptera aux besoins/envies du porteur et du porté. Il apporte  une stimulation du système vestibulaire, de la proprioception. Il offre une bulle de sécurité et, le rassurant, diminue les troubles sensoriels ou du comportement de l'enfant. Le but du portage n'est pas la position parfaite mais l'adaptation. L'équipe de Portage et Handicap se base toujours sur le savoir du parent.
J’en ai retiré ce que j’apprends également dans mes cours d’orthopédagogie : la recherche en co-expertise avec la personne de ce qui lui convient : du sur-mesure en somme !



 La seconde partie fut donnée par l'association SAPPH qui a pour but l’empowerment du parent en situation de handicap. Là aussi il s’agit de faire du sur-mesure avec le parent, pas uniquement en ce qui concerne le portage mais aussi les trucs et astuces qui vont permettre aux parents de prendre confiance en leur capacité  à s’occuper de leur enfant.  L'autonomie est stimulée en co-expertise avec le parent: il trouve sa gestuelle en fonction de sa force et de la sécurité de bébé. Il peut tester du matériel adapté et trouver celui qui lui convient parmi, par exemple, les moyens de portage, les coussins d'allaitement, ... Il s'exerce au transfert de bébé de la table à langer au bain, des bras au lit ... À nouveau, il s'agit d'une relation de co-expertise avec le parent. Le but est qu'il se sente renforcé dans sa compétence de parent par la proximité et l'interaction.  

J’ai beaucoup apprécié aussi la conférence de Valérie de Trans-Portage : Porter un enfant qui n'est pas le sien. Sa présentation du portage comme d’un couteau suisse aux différentes fonctions m'a beaucoup parlé. Le portage nous offre un outil de relation affective, d'ergonomie, de valorisation, de développement psychomoteur, de contenance, de réassurance, de communication non-verbale, de socialisation, de déplacement, d'allaitement, de disponibilité et de sommeil … À nous de choisir en fonction de nos besoins quel en sera l’usage du jour ... 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire